Une soirée au bar à jeux The Uncommons 

Retour en mars 2017, je prenais mon plus gros manteau d’hiver et mes chaussures les plus chaudes. Je bravais ensuite le froid et la neige qui couvraient encore les rues de New York après la tempête de neige, essayant tant bien que mal d'atteindre le café de jeux de société newyorkais « The Uncommons ».

The Uncommons est le premier café de jeux de société de Manhattan, situé exactement au même endroit que l’était un magasin d’échiquiers qui existait depuis 40 ans, à Greenwich Village. Peut-être que je vais trop loin mais cela me rappelle ces églises construites sur les ruines des basiliques qui existaient auparavant...C’est comme si cet endroit était habité par l’esprit du jeu. Ou peut-être que c’était plus simple de ne pas changer le chemin habituel des joueurs !

Revenons à nos moutons ; il était maintenant 20h, je marchais donc dans la neige, excité à l’idée d’approcher du Uncommons. Quand j’y entre enfin, je découvre un café très sympathique, petit et confortable, meublé de tables en bois, un bar et des murs semblant être faits de jeux. Il fait chaud, l’odeur du café et du pain grillé flotte dans l’air et toutes les tables sont remplies de personnes.

Dans la pièce principale, on y voit des couples, des groupes d’amis et un groupement de joueurs. Une réunion « Dungeons & Dragons » se tient quant à elle au fond du café, dans une petite pièce basse de plafond, sombre et enfumée. Bon ok, peut-être pas enfumée, mais la porte pour y accéder est vraiment basse !

C’est très enthousiaste que je me dirige directement vers le bar, pour demander au barman une bière irlandaise. C’est sans surprise que je me retrouvais ensuite avec un bagel, réalisant que je n’avais pas ma carte d’identité sur moi. Sérieusement, je ne vous comprendrais jamais les américains ! Je deviens chauve de jour en jour et vous avez toujours besoin de vérifier mon âge ?

Pour vous donner des indications sur les types de jeux qui étaient présents sur les tables : du début à la fin de la soirée j’ai vu passer Carcassonne, Splendor, Candy Chaser (une très bonne découverte pour moi), Quarto, Zombie Dice, Connect Four, New York Pizza, Dungeons & Dragons, Santorini et Perfect Matches- The Interactive Jewish Dating game. Ajoutez à ça des jeux que je n’ai pas réussi à reconnaître, et vous avez un aperçu assez conforme.

J’ai été très gentiment invité à rejoindre une table de trois filles pour une partie de Santorini. Ces dernières étaient plutôt expertes à ce jeu, nous y avons joué trois fois en y ajoutant à chaque fois une difficulté et nous nous sommes bien amusés. Santorini possède une mécanique assez simple associée à des possibilités infinies de stratégie, ce qui est généralement synonyme de bon jeu.

Nous avons ensuite joué à New York Pizza, un jeu qui donne FAIM. Les joueurs partagent de délicieuses parts de pizza, les mangent ou les collectent pour avoir le plus de points à la fin du jeu. C’est un jeu étonnamment stratégique, si on prend en compte le fait que sa boîte à une forme de boîte à pizza ! On discutait pendant qu’on jouait et de fil en aiguille j’appris que ces filles faisaient parties d’une troupe de danseuses dans un ballet pour lequel j’avais acheté des tickets quelques jours plus tôt ! Le monde est petit, non ?

On a également joué à Gobbit, que j’avais amené avec moi. Mes compagnons de jeu étaient avides d’en savoir plus sur les jeux Morning, après leur avoir dit que je travaillais chez un éditeur de jeu. Nous avons rejoué quatre fois à la demande générale, j’en conclus donc que c’était un succès ! J’ai même dû refuser de leur vendre le jeu, je n’avais pas de quoi faire de factures et on ne rigole pas avec notre comptable pour ça ! Les personnes qui ont vu le film « the Accountant » de Ben Affleck comprendront…

Après trois heures à jouer, je me suis souvenu que je devais être opérationnel à 8h du matin, et je quittais alors la table à contre cœur. Je discutais ensuite avec la direction du Café, deux dames très accueillantes et sympathiques, possédant une connaissance remarquable sur le jeux de société, et avec qui j’ai parlé du marché du jeu de société aux Etats-Unis, de leurs clients et de leurs processus de sélection… En somme une petite discussion d’affaires avant de leur offrir un exemplaire de Gobbit. Bonne nouvelle, vous pourrez maintenant voir les fameux caméléons sur les étagères du Café The Uncommons quand vous viendrez jouer à Greenwich Village ! 

Guillaume.

Share article

Commentaires

Commentaires soumis à modération