Les dessous de Kill the Unicorns #1

Salut à tous !

On se retrouve aujourd’hui pour une première chronique « les dessous de Kill the Unicorns » ! Découvrez qui se cache derrière les visuels du jeu à travers une interview de l’illustrateur, Jordi Villaverde ! Barcelonais pure souche, il partage avec nous son parcours pour devenir illustrateur ainsi que ses ressentis quant au projet Kill the Unicorns.

Salut Jordi ! Peux-tu rapidement te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour tout le monde ! J’ai 34 ans et je vis à Barcelone en Catalogne. D’ailleurs, tous mes fans sont les bienvenus pour visiter ma belle ville ensoleillée !

Quelles sont tes passions (mis à part piéger des licornes) ? Il me semble avoir entendu que tu aimais particulièrement le FC Barcelone !

Oui tout fait, j’adore le football et sans surprise, le FC Barcelone est mon équipe préférée ! J’aime aussi faire du sport avec mes amis, regarder des films et des séries, et lire des bande-dessinées.

 Peux-tu nous présenter brièvement ta formation et ton parcours ?  

Je suis passionné par le dessin depuis mon enfance. Il y avait toujours des bandes dessinées, un crayon et des feuilles de papier chez mon grand-père "Avi". Chez lui, je dessinais toute la journée sans m’arrêter ! Je lui en suis d’ailleurs reconnaissant parce que c’est en partie grâce à lui que je suis devenu illustrateur.

Quand le moment de faire des études supérieures est arrivé, c’est tout naturellement que j’ai intégré une école d’arts à Barcelone. J’y ai appris pendant 5 ans toutes les techniques de dessin et c’est pendant ces années que j’ai réussi à trouver mon style influencé par Pixar’s movie et Akira Toriyama (Dragon Ball Z). J’ai beaucoup travaillé pour réaliser mon rêve d’enfant et je suis illustrateur à temps complet depuis maintenant 6 ans.

Quand est-ce que tu as décidé de faire de ta passion ton métier ?

À vrai dire, ce n’est pas une décision que j’ai prise, c’est tout simplement arrivé. Mais j’ai aussi travaillé très dur et il m'a fallu un millier de dessins « ratés » pour en arriver là et enfin pouvoir présenter un travail de qualité, pour pouvoir en faire mon métier. Je ne vais pas vous mentir en disant que cela a toujours été facile, mais aujourd’hui je peux dire que ça en valait la peine !

Quels sont les aspects que tu préfères le plus dans ton travail ?

J’ai envie de dire tout ! Comme je l’ai dit précédemment, j’ai la chance d’exercer ma passion tous les jours et je ne changerai de métier pour rien au monde.

Parlons un peu de Kill the Unicorns. Nous rappelons à nos lecteurs que tu es l'illustrateur du jeu.

Peux-tu partager avec nous ce que tu as préféré dans le projet Kill the Unicorns ? 

J’ai adoré créer un monde complètement délirant avec des personnages tous plus loufoques les uns que les autres : le barde, les nains de jardin, le Pigicorn (qui est d’ailleurs devenu la mascotte de Morning), la princesse capricieuse Miss Kina, etc... Pouvoir créer un univers comme celui-là en toute liberté était très enrichissant ! J’ai vraiment réussi à m’approprier ce projet et je pense qu’il me manquera quand il sera terminé !

 

 

 

Et quelles difficultés as-tu rencontrées sur ce projet ?

Je n’avais jamais fait d’illustrations pour un jeu de société avant, donc on va dire que c’était ma plus grosse difficulté ! Mais c’est avec les difficultés que l’on apprend le plus et je ne suis pas tout seul, les graphistes de Morning me guident, et ensemble on fait un vrai travail d’équipe !

On est sûrs que tu dois avoir plein de projets pour cette année 2017 ! Peux-tu nous en dire un peu plus ?  

J’ai en effet un gros projet pour cette année 2017 ! J’ai commencé à travailler sur ma première bande-dessinée, c’est un gros challenge que je me suis fixé, même si ça peut paraître effrayant au premier abord. Mais je suis bien entendu aussi ouvert à tous types d’offres !

Merci pour cette interview Jordi ! Retrouvez-nous très bientôt pour une prochaine chronique "les dessous de Kill the Unicorns" dans laquelle nous vous présenterons cette fois-ci les ressentis de l'auteur du jeu ainsi que les évolutions des mécaniques de jeu. 

Share article

Commentaires

Commentaires soumis à modération