Kill the unicorns : L‘épopée

Cela fait maintenant bientôt 8 mois que vous avez pu voir Kill the Unicorns pointer le bout de sa corne à Cannes. Depuis, le jeu a fait son bout de chemin, et a été présenté successivement à l’Alchimie, à PEL, au Flip puis à la Gen Con.

Autant de salons, qui ont amené avec eux leur lot de modifications et remises en question… et donc de prises de tête avec Arthur (l’auteur) et le Nicholas (le game developer) pour essayer d'arriver à quelque chose de fun ET stratégique.

Aujourd’hui, le jeu est à 90% terminé et on ne sera pas peu fiers de montrer à Essen quelque chose qui ressemblera beaucoup à la version finale. Cette aventure mérite un petit coup d’œil dans le rétroviseur pour regarder le chemin parcouru jusqu’ici.

Kill the Sheeps ?

Tout à commencé un beau jour d’Avril, à l’Alchimie du jeu 2015, Arthur et nous c’est un peu comme « coup de foudre ludique à Nothing hill », bon sauf qu’on était à Toulouse et qu’Arthur est un petit moins bien foutu que Julia Roberts.

On a tout de suite accroché à la mécanique maline et très facile à appréhender de « Sheeps ».

Planter le décor :

On a identifié très rapidement que le thème des moutons n’était pas assez percutant et surtout qu’il avait déjà été vu et revu avec le succès par exemple de Battle sheep, Sheepland, la guerre des moutons, Carcassonne moutons & collines (oui, oui ça existe…). On a donc soumis l’idée des licornes à Arthur, et finalement, il ne semblait pas attaché plus que ça à ses p’tits moutons. Il est comme ça Arthur, pas réfractaire au changement.

Notre illustrateur : Jordi Villaverde ❤️

Cela faisait un petit moment que l’on était fan du travail de Jordi à Morning, et le jour où il a posté une photo de Licorne sur Instagram, on est tous tombés d’accord, il fallait que ce soit l’illustrateur de notre futur jeu : Kill the Unicorns. Ok, au début, on était un peu plus d’accord que lui, mais à force de lui présenter l’équipe, le projet du jeu et de la BD, il a fini par être totalement convaincu.   

Objectif : avoir un jeu fun et stratégique ; « La difficulté est de faire simple ».

Fun et stratégique, ça sonne un peu comme un oxymore ! Par la suite, je vous rassure, on s’est vite aperçus que ça ne l'était pas seulement et que c’était un réel casse-tête !! Ajouter de l’épaisseur et de la maîtrise au gameplay, faisait de Kill the Unicorns un jeu trop complexe et l’on s’éloignait de l’idée de base qui était de pouvoir faire un jeu abordable et fun pour tous. Lorsqu’à l’inverse, simplifier les règles le rendait insipide.

Après pas mal de remises en question, un stage au Tibet pour maîtriser ses nerfs, des questions existentielles comme « qu’est ce que le fun ? », d’engueulades (bon d’accord surtout entre Nicho et moi, parce qu’Arthur, lui, il ne s’énerve pas), on est tombés d’accord sur une version avec des cartes pour apporter du fun, des portails pour casser la linéarité des déplacements et des pouvoirs de personnage pour le côté maîtrise.

Cela dit, vous vous en doutez sûrement, un jeu, ce n’est pas un milkshake, on ne peut pas se dire qu’on va prendre tel ingrédient fun, y ajouter un soupçon de maîtrise, et mélanger jusqu’à ce qu’un 7 wonders sorte du shaker.

Heureusement, vous, les personnes que j’ai pu croiser sur les salons, vous nous avez remis dans le droit chemin, avec vos analyses et ressentis de jeu. OK, j’ai quand même eu droit à 2 ou 3 « c’est pas terrible » ou « je ne me suis pas amusé », quelques groupes de personnes qui partaient lorsque je tournais 30 secondes le dos, mais le simple fait que salon après salon, les avis négatifs s’amenuisaient et les positifs devenaient de plus en plus fréquents, était pour nous un bel indicateur que nous étions sur la bonne route.

Aujourd’hui, grâce à la GenCon et ses derniers ajustements, on arrive à une version de jeu qui nous satisfait, et qui semble vous plaire (c’est quand même le but au final), et on a vraiment hâte de vous la faire découvrir à Essen !!

Kill the Unicorn, la Bd :

Vous en avez sûrement entendu parler, si vous suivez le jeu de près ou de loin, mais nous développons en parallèle du jeu, une B.D qui vient nourrir la backstory du jeu. Nous prenons énormément de plaisir à la réaliser avec Jordi, et vous en saurez bientôt un peu plus (Gros gros TEASING !) 

Tout va maintenant s’accélérer pour Kill the Unicorns, la fin des illustrations des cartes et des éléments de jeu, la BD, le Kickstarter au cours du mois de juin 2017 puis la sortie en magasin fin d’année prochaine. Si vous avez la chance d’être présents à Essen Spiel, je me ferai un plaisir de vous présenter et expliquer le jeu.

 

À très bientôt,

Clément. 

 

 

 

 

Share article

Commentaires

Commentaires soumis à modération