Festivals de jeux : nos meilleures idées pour s’organiser !

Entre les gros salons de Essen ou de Cannes pour lesquels toute notre équipe fait ses valises ou les festivals plus petits où seulement quelques membres se rendent, on commence à s’y connaître. Aujourd’hui, nous partageons avec vous nos petites astuces et grandes décisions pour se rendre la vie plus facile en salon :

Rallonger sa réservation d’hôtel

Voici une décision qu’on a « appris à la dure » comme disent nos amis anglophones : tous nos amis éditeurs le savent, un salon est fatiguant. Entre montage et démontage, animation, soirées off (et bières avec les copains), les festivals riment souvent avec sommeil à rattraper.

Ajouter une nuit d’hôtel à la réservation faite pour l’équipe peut s’avérer être une excellente idée, car oui, enchaîner plusieurs heures de route après le montage et le remballage de son stand n’est pas toujours malin. Et ce n’est pas notre équipe du FLIP qui a oublié notre enceinte Bose chérie sur place - pour s’en apercevoir de retour à Toulouse à 2h du mat’ - qui dira le contraire !

Être accro au DIY

On adore avoir un stand très thématisé, dans lequel l’univers de nos jeux transparait grâce à de nombreux décors : entre les navettes spatiales, les combats de Sumos, la jungle luxuriante et le royaume enchanté des licornes, nous n’avons toutefois pas choisi les univers les plus représentés dans les dernières collections de Conforama.

Décors faits main pour Kill tue Unicorns lors du dernier Cannes  

Fort heureusement, quelques membres de la Morning Team sont bricoleurs : fabriquer des tables avec des palettes, organiser un atelier peinture de décors ou installer une jungle faite de vraies plantes… Notre équipe passe en mode Valérie Damidot pour chaque salon, et rien n’est impossible ! (On me dit toutefois dans l’oreillette que Mathieu en a marre de poser du parquet sur 100 mètres carrés).

 Pause  bien méritée de l'équipe après une journée de montage ! 

Investir dans les bons rangements

Les fins observateurs l’auront peut-être remarqué : sur tous les salons, nous amenons nos propres meubles Ikea. Ikea, c’est super : c’est joli, c’est pas cher, et c’est plutôt facile à monter grâce à leur visserie toute particulière. Vous le voyez arriver, hein ? Oui, la visserie d’Ikea est si particulière qu’il est quasi impossible de la retrouver au Casto du coin. Par contre, pour la perdre, on est des champions.

Après plusieurs situations d’urgence (comme devoir mimer les mots « écrou » et « boulon » aux employés d’OBI, le Casto allemand), nous avons investi dans des boîtes de rangement de vis compartimentées, ce qui fût probablement la meilleure décision de toute l’histoire du montage de stand de chez Morning.

Emprunter (certains) codes des camps de vacances

Parfois, la frontière entre le déplacement professionnel et la colonie de vacances est ténue. Lorsque évoluent dans le même espace 15 personnes portant le même sweat-shirt, on en vient vite à avoir ce genre de débat : «- Non mais c’est mon pull, le tien c’est un M », «- Non c’est le mien, il a une petite tâche sur la manche droite qui date de PEL de l’an dernier »…

Pour éviter tout conflit digne d’un camp de vacances, autant en emprunter les codes directement : chez Morning, tout le monde écrit son nom au marqueur sur l’étiquette de son sweat-shirt corpo. Oui, comme en colo. Et ça marche vachement bien !

Savoir identifier les maillons forts

Les montages de stand, ça nous connaît : même dans le cas de Nuremberg et Essen où nous faisons appel à nos super standistes, la Morning Team se charge de monter les meubles, sticker les parois du stand et arranger la déco du stand. Trois tâches requérant une bonne coordination, une application certaine et un goût de l’esthétisme, devant lesquelles nous ne sommes pas tous égaux.

Une des plus grandes fiertés de l'équipe Morning : la pergola-jungle créée grâce aux petites mains de l'équipe 

Pour éviter les questions comme « Le meuble, tu le veux monté exactement comme sur la notice ou un peu design moderne ça ira ? » ou « J’ai mis des cailloux ramassés dehors dans la vitrine pour faire nature, c’est une bonne idée non ? », mieux vaut dès le début identifier ceux qui savent construire une Bjorkudden ou arranger des décors, et ceux dont on chargera de missions toutes aussi importantes, mais moins délicates : comme faire les rayonnages, ravitailler tout ce petit monde, ou – tâche ô combien primordiale pendant un montage laborieux – gérer la playlist.

Ne jamais être trop prévoyant

Si on m’avait donné 1€ à chaque fois que j’ai entendu « On n’aura jamais besoin de ça », je serais riche. Être un vrai control-freak se révèle souvent utile pendant un déplacement professionnel : certes, forcer ses collègues à emmener une chemise propre de plus pour la laisser dans la réserve de son stand pendant les salons B2B est (un tout petit peu) extrême. Soit. Mais que celui qui n’a jamais renversé son café ou fait couler la sauce de son sandwich avant son premier rendez-vous de la journée me lance la première pierre. Personne ? Dans les rangs de la Morning Team en tout cas, la chemise joker est devenue une habitude, et en aura sauvée plus d’un !

L’équipe du Spielwarenmesse de Nuremberg (avec des chemises propres)

Vous aussi vous avez une botte secrète pour faire de vos événements un succès en interne ? Partagez-le, et nous combattrons ensemble mauvaise organisation, loupés logistiques et gueule de bois post-soirée-off.

Lila. 

Share article

Commentaires

  • vous êtes des champions

Commentaires soumis à modération